Ici avant, on racontait l’histoire de Chtati, sorte de prétexte à la naissance de ce petit monde qui depuis a bien grandi, lui.
C’était il y a trois ans. Un petit bout de temps où je m’essayais à d’autres vies tout en gardant un œil sur celles des autres. Pas seulement les vôtres, sympathiques et enthousiastes compagnons de voyage, mais aussi celles, éphémères, de ces lumières plaquées sur toutes ces sortes de choses.

Un œil pour un monde ne saurait suffire, mais si cette collecte devait avoir un sens, j’aimerais qu’il soit poétique, expression d’une beauté timide et imparfaite (pléonasme), émouvante parce que vivante.

Romain Berglez